La « Croisière des idées »

Il est des moments où la tartufferie de l'époque devient insupportable, des moments où l'on a envie de tout démolir tellement la nausée s'impose. Heureusement que certains sites permettent de s'exprimer en toute liberté et de canaliser les velléités haineuses par l'écrit et sa diffusion. Voici donc l'objet de mon petit courroux.


Je viens de tomber inopinément sur une publicité extraordinaire en dernière page de Marianne, journal rebelle par excellence. La voici :



Un prix imbattable pour une telle prestation :

"Boissons et vins à volonté pendant les repas", et il en faudra pour entendre comme des "idées" ce qui est ressassé depuis des décennies et mâtiné de l'air du temps par des professionnels de l'indignation de salon.


La carte des réjouissances :

Casablanca, Cadix, Lisbonne, Malaga, Valence, Barcelone, que des villes où se jouent réellement le sort des peuples, on l'aura compris. Elles vous combleront de leurs charmes entre deux festins d'idées, toutes aussi nourrissantes les unes que les autres.


On se demande bien pourquoi la Croisière des idées ne s'est pas plutôt attachée à répendre ses fruits aux abords de villes telles que Tripoli en Libye, Bassora en Irak, Port-Saïd en Égypte ou Lattaquié en Syrie. Peut-être n'avaient-elles pas le wi-fi ?