Lorsqu’un régime politique devient nuisible, n’est-il pas impératif d’en changer ? L’impuissance n’est-elle pas une nuisance majeure ? Or à quoi la Cinquième République se résume-t-elle, si ce n’est à la mise en scène d’oppositions de façade ?
 

Il faut le reconnaître : l’autorité ne se décide jamais dans les isoloirs. En l’espace de cinquante ans, les deux formations tour à tour au pouvoir ont, main dans la main, liquidé la souveraineté nationale. Elles l’ont fait au nom d’un projet commun : la dissolution des nations dans un monde globalisé et celle de la politique dans le pur management. Vous attendiez d’Emmanuel Macron une rupture ? Il en aura été la synthèse.
 

La rédaction de cet ouvrage coïncide avec les trois premières années de son mandat. Témoin de l’état de grâce du grand vainqueur, des mouvements Gilets jaunes, puis du confinement sanitaire au printemps 2020, l’auteur met en perspective la mort lente mais inéluctable de la Cinquième République. Il s’y emploie par la dénonciation du faux clivage gauche-droite et de ce que celui-ci nous aura longtemps masqué, sournoisement.
 

Le prochain régime n’échappera pas aux clivages. Toutefois, ceux-ci devront être légitimes. Deux visions du monde antagonistes seront aux prises : local contre global. Mais avant cela, deux nécessités sociales complémentaires seront requises : la justice et l’ordre.

La Justice et l'Ordre - Vrais clivages et faux-semblants

15,90 €Prix
    • 144 pages, broché à rabats, 130 x 210 mm
    • ISBN : 978-2-9572500-0-4
    • Imprimé en France
    • Sortie : 29 mai 2020
TENEZ-VOUS INFORMÉ...
  • Icône Facebook gris
  • Gris Icône YouTube
  • Icône LinkedIn gris
  • Icône Twitter gris

© 2020 Éric Guéguen (hébergement : o2switch / CMS : wix), tous droits réservés